La confiance en Soi

Ahhhh … quel grand sujet que « LA confiance en Soi » !

Comment choisir, comment maintenir le cap, ne pas se laisser détourner par des peurs, les influences extérieures … tant de questions que nous sommes nombreux à nous poser, parfois très très très souvent.

adventure-blue-sky-daylight-2009968

« Je prends la rouge ou la bleue ? »

« Je ne peux pas aller voir cette fille, je ne suis pas bien coiffé »

« Je fais école d’ingé Bidule ou BAC Pro Je ne sais pas quoi ? »

« Tu devrais faire ça, c’est ce qui te correspond. »

« A ta place j’aurais mangé ça. » 

Dur dur parfois… comment ça vibre chez vous ?

 

Version 1 : je n’ai pas confiance en moi, je ne prends pas de décisions

Pas de confrontation. On évite les problèmes. On peut par exemple laisser les autres décider. C’est un choix. Je ne sais pas si c’est possible à vie, mais ce n’est pas le sujet…donc si c’est un choix adapté, aligné, accepté par tous les concernés, cela ne rentre pas dans le cadre de cet article. Ce que je décris aujourd’hui est ce que je perçois d’un mécanisme créant de l’inconfort, pouvant aller jusqu’à la mal-a-dit.

Version 2 : je suis en difficulté

Je ne parviens pas à faire un choix, je doute quand je finis par prendre une décision, je change d’avis si on me dit que l’autre solution était meilleure, quand on me fait des reproches ou lorsque je ne reçois pas d’approbation de « l’Autre ».

Le constat d’un manque de confiance en Soi est fait. Bon ok, j’en fais quoi maintenant ?

La Confiance en Soi, oui, ça se travaille.

Comment ?

Je me répète tous les matins que ça va bien se passer ? Que la solution va venir (de l’extérieur) ? Que c’était le bon choix ?

La pensée positive à un grand rôle, effectivement, car sombrer dans les tourments des reproches et questionnements incessants, inutiles (si on reste dans ce schéma), c’est rester dans son trou et entretenir le brouillard, les « mauvaises ondes » ou basses énergies.

Donc oui, penser positivement peut aider à sortir de ce schéma, c’est un début. C’est regarder dans une autre direction que le fond du trou dans lequel on peut parfois se laisser aller (je ne pense pas forcément à un puits de 50 m de profondeur…). Cela veut aussi dire, remettre un peu de couleur et ne pas focaliser sur l’interrogation du moment, les choix à faire. C’est revenir vers un peu d’espoir.

Sauf que…

adult-beautiful-face-774866

(Attention, ce qui suit est une fiction inspirée de la réalité)

Si vous appliquez la pensée positive mécaniquement à 7h le matin en vous brossant les dents (donc environ 2 à 3 minutes …) mais qu’à 7h10 votre fils vous fait remarquer que ses œufs sur le plat n’ont pas la forme qu’il voulait, ou que ses chaussettes ne sont pas repassées, ce qui vous amène tout naturellement à : je suis nul/le, j’oublie tout, c’est connu, ce que je fais est forcément raté, je suis un mauvais parent,  …

broken-conceptual-cracked-1906537

Et ça peut durer toute la journée, parce que :

« Je suis nul/le, je suis maladroit/e »,

« Je n’ai pas fait le bon choix« ,

« T’façon c’est normal que mon chef me parle comme ça, je n’ai pas travaillé assez vite » (=je mérite d’être punie…)

Ce sont des phrases qui restent en routine, ancrées pour tout un tas de raisons. Des schémas de fonctionnement dont on se passerait bien !

Le résultat de cette journée qui a superbement débuté avec ces fabuleuses 2 (ou 3) minutes de pensées positives ?

  • dépréciation de soi-même
  • énergieS basses : fatigue, moral dans les chaussettes (pas repassées), douleurs, colère, endormissement difficile, petit vélo dans la tête, avec un poids sur le Coeur ou l’estomac (ou plexus solaire) et bien d’autres possibilités

Au travail, avec les collègues, la « hiérarchie », la santé, les parents, les enfants, le compagnon, la compagne, ou même seul/e ! … tellement de relations potentiellement créatrices d’angoisses quotidiennes !

Tout est propice au questionnement, et ce n’est VRAIMENT pas un problème. La remise en question est SAINE. Il est nécessaire de se poser des questions lorsqu’il faut faire un choix, quel qu’il soit. (Si cela existe : ne pas se poser de question revient à la version 1)

girl-life-lonely-236205

« Le caillou…main gauche ? main droite ? main gauche ? main droite ? »

(oui…ma fille a 7 ans 😉 )

« Je commence par manger ci ou ça ? »

« Comment annoncer à ma famille que je ne veux pas faire ci ou ça ? »

« A quelle heure dois-je partir pour prendre mon train ? »

« Quelle formation dois-je faire pour m’épanouir ? »

« Est-ce que mon comportement est adapté à ce contexte ? »

Cela devient problématique lorsque ces questionnements ne cessent pas, ou que le choix une fois fait, n’est pas assumé, laisse des doutes ou des regrets. 

Valable pour tout : lorsqu’il y a souffrance, il y a besoin de changement, de réalignement. C’est différent de l’inconfort qui peut apparaître lorsque malgré les peurs ressenties, on tente de sortir de sa zone de confort.

Et si on regardait les choses autrement ?

Comprendre les mécanismes en jeu permet de jouer avec. Je trouve savoureux d’apprendre à décrypter son propre fonctionnement, se comprendre soi-même.

Nos chères amies les phrases vicieuses

« Ah si j’avais su ! »

« Que je suis bête ! »

« J’aurais dû faire ceci. »

« Je n’aurais pas dû passer par là. »

« Je le savais ! Je rate toujours ! »

Autant de phrases assassines, d’injonctions qui entretiennent une image de Soi en déguisement de Super-raté …

Pourquoi y arriverions nous ? Nous nous ordonnons souvent à nous même de ne pas y arriver. Si nous sommes certains de « l’échec », « échec » il y aura. (loi d’attraction, tout comme la pensée positive réellement intégrée dans notre Cœur (pas l’organe hein…), si on y croit, ça aide à aller vers ce que l’on veut)

Pourquoi ces auto-flagellations ?

Parce que nous avons nos propres schémas de fonctionnement. J’ai abordé le sujet dans l’article Les Fleurs de Bach (qui ont d’ailleurs une belle action sur le manque de confiance en Soi). Pour tout un tas de raisons (blessures possibles dès la conception, raisons karmiques, trans-générationnelles …), nous fonctionnons avec des mécanismes ancrés dans nos cellules, qui nous amènent à réagir de telle ou telle manière, bien souvent incontrôlées !

Astuce : Si vous remarquez que votre tête ne comprends pas votre réaction face à une situation mais que vous en faites l’expérience régulièrement sans pouvoir « retenir la leçon », ou que vous vous retrouvez régulièrement dans les mêmes situations alors que vous avez tout fait pour les éviter, c’est qu’il s’agit d’un schéma erroné.

Une fois que l’on en prend conscience, on peut y apporter des modifications en consultant un « accompagnant » adapté à nos besoins.

D’après moi il est nécessaire de trouver une technique qui travaille sur le corps. En effet, comme je le décris juste avant, le mental raisonne, dicte la méthode, mais le corps et l’âme n’en font qu’à leur tête 😉

La psycho classique vous permet d’être confortablement installé (sur un divan par exemple ^^) mais ne s’adresse qu’à votre mental alors qu’il n’est pas acteur dans ce cas ! C’est parfois soulageant de raconter ses soucis, de vider son sac, mais je ne suis pas certaine que cela permette d’avancer sur le chemin de sa propre évolution ou de changer un schéma profondément ancré.

Si vous voulez faire passer un message, adressez vous au bon interlocuteur.

Des personnes connectées peuvent aider aussi, si on cherche à bouger le transgénérationnel, les loyautés familiales ou même le karmique. Trouver « LA bonne personne du moment* » implique de tester, d’expérimenter et quand on est prêt …  de faire confiance à son intuition !

* oui, « du moment » car un jour après l’autre, une guérison après l’autre, donc pas toujours besoin des mêmes techniques !

Eh oui, l’intuition …

L’intuition, c’est le radar intérieur, la petite voix qui guide. De nombreux noms pour la même signification : nous avons les réponses en nous, il faut juste apprendre à les entendre !

Le calme intérieur permet d’y accéder : respiration, écoute de soi. OK, pas évident quand on a un petit vélo dans la tête. Cela s’apprend bien évidemment.

Encore une fois, l’accompagnement est indispensable si vous sentez que ça résiste (« je n’arrive pas à rester dans le silence » = je ne peux pas rester seul/e avec moi-même), on ne va pas seul dans un lieu qui nous effraie, et on a besoin de quelqu’un pour nous guider. Etre coupé de sa petite voix intérieure empêche d’avoir confiance en Soi.

Les peurs sont présentes et entraînent des réactions plus ou black-and-white-close-up-eyeball-2011311moins violentes suivant les cas, mais elles sont toujours là pour pointer du doigt une blessure mémorisée. Alors, on constate dans son Cœur et on y met beaucoup de douceur, car il y a souffrance en Soi, on va peut-être éviter de l’accentuer en la niant…

Comme je le disais plus haut, dans un premier temps, pour entendre son petit Jiminy Cricket interne, il est nécessaire de mettre le mental en veille. Autorisez-vous à demander de l’aide.adult-adventure-background-220147

En tout cas, une fois apprivoisée, c’est cette Boussole Intérieure qui permet de savoir si la direction choisie est ajustée. La décision du Cœur. Je dois faire un choix, je l’interroge. C’est ok ? j’y vais. Ce n’est pas ok ? Je n’y vais pas, ou je trouve une alternative.

Exemple : Je suis très fatiguée de ma journée, j’ai mal au crâne. Ma fille me demande de lui lire un livre… pfff…

Si je n’écoute pas mon Radar Intérieur, je dis oui parce que j’ai appris à faire passer les autres avant moi (et pi c’est ma fille quand même…) mais nous ne passerons pas forcément un bon moment, je risque de m’énerver parce qu’elle va me poser 3 000 questions sur ce qu’elle voit, et que, en même temps que je râle parce qu’elle n’écoute pas, qu’elle me coupe la parole, je ne vais souhaiter qu’une chose, c’est que l’histoire se termine. Super hein ?

Si je m’écoute, je sens que je n’ai pas envie, ce n’est pas ok. Mais je ne veux pas refuser parce qu’elle a besoin de mon attention, de ma présence. Alternative : je fais un compromis avec moi-même qui me permet de me respecter et de respecter le besoin de ma fille : je peux par exemple prendre un moment de calme avant de lire le livre. Je peux aussi lire un seul chapitre* et aller me reposer après. C’est gagnant/gagnant, nous passons un bon moment, serein, je me détends un peu en lisant une histoire au calme et je sais que je vais prendre du temps pour moi aussi. Au top.

Je fais réellement un choix, qui est en accord avec mon équilibre, mes besoins.

La voix/voie du Cœur est la meilleure.

*Cela implique quand même d’avoir abordé les principes de respect des besoins de chacun…nous en reparlerons.

L’avis des Autres n’est que la Vie des Autres

Postulat de départ / quelques certitudes perso :

a) J’ai mes propres schémas de fonctionnement (liés à Mon Histoire)

b) L’Autre à ses propres schémas de fonctionnement (liés à Son Histoire)

c) Je suis le miroir de l’Autre 

d) Les vérités dépendent de l’angle de vue (d= a et b 😉 )

a + b + c + d =  un gros bazar

D’une part, certains Autres donnent leur opinion sans qu’il ne leur soit demandé. Bon, cela vient peut-être de leur propre référentiel, ou peut-être que notre propre comportement induit cette réaction (le besoin d’être conforté dans le fait que l’on ne peut pas avancer sans l’avis des Autres), ou des deux probablement à mon avis.

c) le miroir et la résonance : je vois chez l’Autre ce qui est discordant chez moi, c’est le miroir. Je suis piqué par le rappel d’une blessure, c’est la résonance. 

Souvent, pour ne pas dire toujours, nous rencontrons les Autres, qui sont là pour nous faire travailler ce qui doit être réaligné, ce qui provoque invariablement des difficultés ou souffrances.

L’Autre appuie où ça fait mal, il est là pour ça.

Si l’incertitude est en moi, et que je laisse un espace « Avis des Autres », il y a une grande résonance, et il y a de grandes chances pour que je change d’avis, ou en tout cas que je ressente des souffrances, répétition des questionnements, angoisses, culpabilité, tout ce que j’ai décrit au début. L’Autre ne fait que répondre à ce que je demande.

Si je suis alignée, si j’ai choisi avec Jiminy, avec mon Cœur et que c’était OK, l’Autre peut donner son avis s’il en ressent le besoin fondamental (lié à son référentiel du coup) mais cela ne chamboulera pas mes plans, je ne changerai pas d’avis si ce qui est envoyé par l’Autre ne me concerne pas (je peux prendre le temps d’écouter ma petite voix intérieure pour voir si mon choix est toujours aligné malgré tout, suite à la nouvelle information qui a pu être amenée par l’Autre).

Oui oui, je vous assure, on peut tous faire la différence entre un message qui nous concerne et un message qui est adressé au miroir que nous représentons pour l’Autre. Cela s’apprend aussi.

analog-camera-camera-colors-4345.jpg

Je reviens sur mon histoire de résonance… si je prends conscience du fait que le message que j’envoie n’est pas reçu en direct mais passe à travers des filtres (=modification de la perception du message à cause des schémas de fonctionnement), je peux commencer à comprendre que lorsque je dis vert, il est possible que l’Autre entende bleu (ben oui !!!), on ne parle donc pas de la même chose, de ce fait, il est possible que je reçoive une réponse qui ne correspond pas au message que j’ai initialement envoyé !

Eh eh eh ! ça vous parle ?

« Mais pourquoi tu m’agresses, je n’ai rien dit de mal ! » ou « Ce n’est pas ce que je t’ai demandé ! »

Peut-être … mais le message est entendu différemment. 

La réciproque est vraie : si je reçois un message qui me pique, serait il possible que le message envoyé ait été détourné par mes propres filtres ? 

Quel est l’intérêt de conserver ces filtres qui modifient les messages envoyés, provoquent des émotions désagréables et entretiennent le cercle vicieux du manque de confiance en Soi ?

Un certain temps, ces filtres / schémas ont leur intérêt, ils peuvent protéger, éviter le retour d’une mauvaise expérience passée. Mais quand on remarque ces schémas et que cela provoque des difficultés, c’est qu’il est temps de les laisser partir pour voir la Vie avec de nouvelles lunettes.

 

Il y a forcément quelque chose de beau à faire des expériences passées et présentes.

 

chill-guy-high-tatras-91224

Il est possible pour tous, de se connaître et d’apprendre à décrypter et jouer avec Soi-même !

Transformer. Se révéler, guérir ses blessures et libérer les croyances limitantes.

Voir en Soi et en l’Autre, avec de moins de moins de filtres et de belles lunettes.

Voir la Vie, tout simplement. La Vraie. 

Amusez vous bien 🙂

Mélanie voit La Vie en Naturose

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :